Communiqué de presse de la délégation cubaine à la ronde de conversations migratoires entre Cuba et les Etats-Unis

0

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

018106_n

Le 14 juillet 2016, a eu lieu à La Havane une nouvelle ronde de conversations migratoires entre les délégations de Cuba et des Etats-Unis présidées, respectivement, par la directrice générale du Ministère des Relations Extérieures pour les Etats-Unis Josefina Vidal Ferreiro et par le sous-secrétaire adjoint du Département d’Etat pour l’Hémisphère Occidental John Creamer.

La délégation cubaine a exprimé une fois de plus sa profonde inquiétude à cause de la persistance de la politique des « pieds secs-pieds mouillés » et de la Loi d’Ajustement Cubain qui accordent aux citoyens cubains un traitement de faveur unique en son genre dans le monde en admettant automatiquement sur le territoire des Etats-Unis ceux qui arrivent illégalement sans regarder les voies et les moyens qu’ils emploient, en violant la lettre et l’esprit des Accords Migratoires en vigueur par lesquels les deux gouvernements se sont engagés à garantir une émigration légale, sûre et dans l’ordre.

Les représentants de Cuba ont mis en avant que ces dispositions politiques et légales stimulent l’émigration illégale vers les Etats-Unis, directement à partir du territoire cubain mais aussi depuis des pays tiers, et même de citoyens cubains qui voyagent légalement à l’étranger. Ils ont souligné à leur tour que ces dispositions provoquent des pertes en vies humaines et favorisent des délits comme le trafic d’émigrants, la traite de personnes, la fraude migratoire et l’utilisation de la violence avec un impact extra-territorial de déstabilisation d’autres pays de la région.

La partie cubaine a réitéré sa condamnation du « Programme de Parole pour les Professionnels Cubains de la Médecine » qui encourage le personnel cubain de la santé qui apportent leur collaboration dans des pays tiers à émigrer aux Etats-Unis, ce qui est une pratique condamnable qui affecte les programmes de santé de ces pays et ne correspond pas au contexte bilatéral actuel.

La délégation de Cuba a souligné qu’il ne pourra pas y avoir de relations migratoires normales entre les 2 pays tant que la politique des « pieds secs-pieds mouillés », la Loi d’Ajustement Cubain et le « Programme de Parole pour les Professionnels Cubains de la Médecine » ne sera pas éliminée.

Au cours de cette ronde, on a évalué d’autres aspects comprenant l’état des accords en vigueur, la mise en place de al politique migratoire cubaine, l’accord de visas aux émigrants, les visites temporaires aux Etats-Unis et les actions des 2 parties pour affronter l’émigration illégale, la contrebande de personnes et les faux papiers.

Les 2 délégations ont reconnu les résultats positifs de la rencontre technique sur la prévention de al fraude migratoire et le trafic de personnes et de la rencontre technique entre les Troupes de Garde-frontières de Cuba et le Service des Garde-côtes des Etats-Unis qui ont eu lieu, respectivement, en février et en juin 2016 à Miami.

Cuba a réaffirmé être disposée à maintenir ces conversations.

(Cubaminrex)

Source en espagnol:

http://cubaeeuu.cubaminrex.cu/article/comunicado-de-prensa-de-la-delegacion-cubana-la-ronda-de-conversaciones-migratorias-entre-0

A propos de l'auteur

Les vertus morales de notre peuple

Un mois s’est déjà écoulé et personne n’a ressenti son absence. Paraphrasant les vers d’Antonio Machado, il continue à « faire le chemin en marchant » Auteur: Granma ...