Exceptionnel hommage à Fidel CASTRO RUZ

0

Plus de 250 personnes ont assisté dimanche 8 janvier à une cérémonie d’hommage au leader de la révolution, à l’initiative de la Coordination française de solidarité avec Cuba.

Hommage-Fidel

C’est un hommage empreint de reconnaissance aux combats et à la pensée de Fidel Castro que a organisé dimanche à Saint-Ouen. Qu’importe si les journalistes toujours prompts à dégainer contre le leader de la révolution décédé le 25 novembre n’étaient pas au rendez-vous. Plus de 250 personnes, en revanche, étaient de cette cérémonie sobre et sincère.

Les reproductions de photos où Fidel Castro apparaît aux côtés de Mandela, d’Angela Davis, de Malcom X, de Pasionaria ou encore d’Hemingway donnent la mesure de son charisme et de son engagement aux côtés des peuples dans leur quête d’indépendance. À la tribune, les intervenants ont évoqué, tour à tour, la conscience visionnaire du « Comandante », les transformations radicales entreprises à Cuba au service du bien-être du peuple cubain, la solidarité qui a toujours animé ses engagements, l’éthique et les valeurs d’un homme qui a profondément bouleversé l’histoire du XXème siècle. Mais surtout la modernité de ce pour quoi il s’est toujours battu.

IMG_4351r

« Nous témoignons de l’engagement que nous prenons de lui rester attachés, guidés par son exemple, armés de son dynamisme et de son esprit critique, instruits par son anti-dogmatisme et son habileté à conjuguer l’intangibilité des principes révolutionnaires et la souplesse de leur mise en œuvre, afin de faire triompher avec le peuple et pour le peuple, “con todos y para el bien de todos”, les idéaux de l’humanité progressiste. Nous ne croyons pas obsolètes, ni inutiles pour nous, les combats victorieux de Fidel et de son peuple pour la conquête et la sauvegarde de la souveraineté nationale. Nous ne croyons pas dépassés les combats nécessaires pour l’instauration de l’égalité et de la justice (…) Nous ne croyons pas vains les combats urgents pour le respect de la dignité de l’Homme et le respect de la nature, dans tout pays, et pour tous les êtres humains qui y vivent », a rappelé avec la rigueur intellectuelle qui le caractérise, l’historien Paul Estrade. Fondateur de l’Association France-Cuba, l’américaniste, spécialiste de José Marti, est revenu sur les origines de la solidarité en France. Une solidarité qui est « partie intégrante de la force du peuple cubain, qui le fait résister et grandir », a souligné avec insistance l’Ambassadeur de Cuba en France, Hector Igarza. « Le peuple cubain ne va pas changer son destin. Il ne trahira jamais cette révolution », a averti le diplomate, en réponse aux détracteurs de la Grande île.

« Peu de personnes ici en France et en Europe savent ce que représentent Fidel et sa solidarité »

IMG_4390r Instant tout aussi émouvant lorsque Louis Albert Lavandeyra a pris la parole. Cet internationaliste français qui fut lieutenant de l’Armée Rebelle aux côtés de Fidel et du Che, a enjoint le public à prendre sa  place « dans la lutte pour la sauvegarde de l’Amérique latine, dans la lutte pour la révolution cubaine ».

IMG_4388r

Au nom de la coordination française de solidarité avec Cuba, Rose-Marie Lou a mis en exergue les réalisations de la révolution cubaine comme l’alphabétisation dont la campagne fut lancée dès 1961, mais surtout l’internationalisme qui est, sans nul doute, l’une des principales caractéristiques de la Grande île. « Peu de personnes ici en France et en Europe savent ce que représentent Fidel et sa solidarité, son internationalisme pour les peuples asiatiques, africains, arabes, et latino-américains. Fidel ne fut pas seulement le héros de l’indépendance cubaine, celui qui redonna au peuple cubain sa souveraineté et sa dignité, mais fut, pour les peuples du Tiers-monde, un camarade de lutte, un héros de la liberté des peuples », a-t-elle insisté, en citant les soins médicaux prodigués aux enfants de Tchernobyl à l’époque de la période spéciale lorsque l’économie cubaine était plus bas que terre ou encore les « près de 51.000 professionnels cubains de la santé qui travaillent dans 66 pays du monde ».

IMG_4373r

Dans une adresse touchante et à contre courant du vent des idées majeures, le président de Cuba Coopération, Victor Fernandez a soutenu le rôle majeur de Fidel Castro qu’a joué dans la « consolidation du pouvoir populaire ». Il a rappelé que l’une des premières mesures prises au lendemain du triomphe de la révolution a été de transformer les casernes en écoles. « Est-cela le signe d’un dictateur ? », a-t-il ironisé. « La campagne de haine contre Fidel Castro est à la hauteur de la déception de voir un peuple faire corps avec lui », a-t-il maintenu, en référence aux « Je suis Fidel » scandés par les Cubains lors des différentes cérémonies d’hommage qui ont eu lieu sur la Grande île.

IMG_4395r

Enfin, Didier Philippe, le président de France-Cuba a annoncé que la campagne de souscription lancée avec Cuba Linda en direction des victimes de l’ouragan Matthew avait permis de recueillir 24 000 euros. De la solidarité en actes.

IL N’Y A PAS DE SOLIDARITE IL N’Y A QUE DES PREUVES DE SOLIDARITE.

Vous pouvez continuer d’envoyer vos chèques à France Cuba 76 rue Blomet 75015 PARIS
Nos amis de PATHFINDER, du Cercle Henri Barbusse ont vendu de nombreux ouvrage.

Quant au journal l’HUMANITE, le numéro spécial hors-série consacré à FIDEL à fait un tabac : 136 vendus.
L »après midi c’est terminé par le film de Viktor DEDAJ
« Révolucionarios », une partie musical….et l’inévitable mojito.

IMG_4366r

Prise de parole de la coordination française de solidarité avec Cuba: (Rose Marie Lou)
Hommage à Fidel Castro du 8 janvier 2017
« Être internationaliste c’est solder notre propre dette envers l’humanité. Celui qui n’est pas capable de lutter pour les autres, ne sera jamais suffisamment capable de lutter pour lui-même.  »
Cette phrase prononcée par Fidel le 5 décembre 1988 renouvelle l’engagement de Carlos Manuel de Cespédès, le père de la patrie cubaine lorsqu’il avait déclaré : « Cuba aspire à être une nation grande et civilisée pour tendre un bras amical et un cœur fraternel aux autres peuples. »
Si la solidarité et l’internationalisme font partie des valeurs et des traditions cubaines, c’est avec la victoire de la Révolution en 1959 que le peuple cubain, guidé par Fidel va les développer dans une grande œuvre de justice sociale, de démocratie participative, d’éducation et de culture avec la société socialiste.
La solidarité s’exprime avec force dès 1961 avec la campagne d’alphabétisation, où celui qui savait lire enseigna à celui qui ne savait pas, afin qu’il soit, comme le souhaitait Marti, « cultivé pour être libre ». L’analphabétisme sera éradiqué à Cuba en un an. Cuba est aujourd’hui parmi les cinq pays les plus alphabétisés au monde.
Cet esprit de solidarité permettra également au peuple cubain de faire face, malgré l’embargo criminel aux terribles pénuries de la période spéciale et aux cyclones dévastateurs comme Flora en 1963. Il s’exprimera avec la plus grande unité lors des agressions impérialistes comme l’attentat des Barbades ou pour la libération des cinq.
Mais cette révolution, n’a pas seulement transformé les conditions d’existence du peuple cubainDès 1968 Fidel affirme : « Notre devoir aujourd’hui, de peuple pauvre et sous-développé, est de fournir l’effort maximal pour sortir de la pauvreté, de la misère, du sous-développement. Mais dans le futur, nous ne pouvons pas penser à la pleine richesse tandis que d’autres peuples ont besoin de notre aide. »
Peu de personnes ici en France et en Europe savent ce que représentent Fidel et sa solidarité, son internationalisme pour les peuples asiatiques, africains, arabes, et latino-américains. Fidel ne fut pas seulement le héros de l’indépendance cubaine, celui qui redonna au peuple cubain sa souveraineté et sa dignité, mais fut, pour les peuples du Tiers-monde, un camarade de lutte, un héros de la liberté des peuple
Ainsi, La Havane a apporté son appui à beaucoup de mouvements révolutionnaires en Amérique latine, en Afrique et en Asie. L’Algérie fut le premier pays qui en bénéficia lorsque Fidel répondit à l’appel du FLN en 1961. Cuba soutiendra le Vietnam en lutte contre l’impérialisme, l’Egypte de Nasser et bien sûr la Palestine.
DE 1979 à 1983, Fidel est secrétaire général du mouvement des Non Alignés dont le but est d’assurer « l’indépendance nationale, la souveraineté, l’intégrité territoriale et la sécurité des pays non alignés dans leur lutte contre l’impérialisme, le colonialisme, la ségrégation, le racisme, et toute forme d’agression étrangère, d’occupation, de domination, d’ingérence ou d’hégémonie de la part de grandes puissances ou de blocs politiques » et de promouvoir la solidarité entre les peuples du tiers monde.
Cuba jouera un rôle clé dans la lutte contre l’apartheid en envoyant des milliers de soldats en Angola entre1975 et 1988 pour aider ce pays à repousser l’agression de l’Afrique du sud suprématiste et faire tomber l’apartheid. Mandela lui rendra hommage en 1991 : « Depuis ses premiers jours, la Révolution Cubaine a été une source d’inspiration pour tous les peuples amoureux de la liberté. Le peuple cubain occupe une place spéciale dans le cœur des peuples d’Afrique”.
Pour les peuples d’Amérique latine, Fidel est le guide, comme Marti, comme Bolivar, comme Che Guevara, comme Chavez avec qui il créera l’ALBA en 2004, premier pas vers l’intégration et l’unité du continent Sud-Américain puis la CELAC.
Fidel Castro a toujours fait de la solidarité humanitaire internationale un pilier fondamental de la politique extérieure de Cuba. Ainsi en 1963, et bien qu’elle vienne de perdre 3.000 médecins (partis aux États-Unis) sur les 6000 de l’île, La Havane envoie sa première brigade médicale en Algérie aider la jeune nation indépendante qui doit faire face à une grave crise sanitaire. Aujourd’hui près de 51.000 professionnels cubains de la santé, travaillent dans 66 pays du monde. Avec la brigade spécialisée Henri Reeve, Cuba déploie « une armée de blouses blanches » pour apporter les soins médicaux pour venir au secours des peuples victimes de catastrophes naturelles aux quatre coins du monde. Après la catastrophe nucléaire de 1986, Cuba est le seul pays à accueillir et soigner près de 20 000 enfants irradiés de Tcherlobyl, y compris pendant la période spéciale . Gratuitement, cela va sans dire, c’est cela le Cuba de Fidel.
Par ailleurs, Cuba a formé des générations de médecins du monde entier. Au total la révolution cubaine a formé, au moyen de l’École Latino-américaine de Médecine près de 40 000 professionnels de la santé de 121 pays y compris des Etats Unis. En plus des médecins qui ont suivi leurs études à Cuba, La Révolution cubaine a contribué à la formation de plus de 30 000 étudiants en médecine dans 10 pays du monde
L’Opération « Milagro » est emblématique de la politique solidaire cubaine. Selon l’OMS, 285 millions de personnes dans le monde souffrent de déficiences visuelles. Face à cette constatation, Fidel décide en 2004 de lancer une vaste campagne humanitaire continentale avec l’aide du Venezuela et d’opérer gratuitement les Latino-américains qui souffrent de cataracte et d’autres maladies oculaires, mais ne peuvent pas financer l’opération. Elargie à l’Afrique et à l’Asie, l’opération Milagro a déjà permis à 3 millions de personnes de 35 pays de recouvrer la vue.
En ce qui concerne l’éducation, Cuba a élaboré le programme d’alphabétisation « Yo si puedo », « moi, oui je peux » en 2001 sur proposition de Fidel lui-même, afin d’éradiquer l’analphabétisme dans le monde. Basé sur le principe que l’acquisition de la lecture de l’écriture et de l’arithmétique est indispensable à la jouissance de la citoyenneté, et premier rempart contre l’exclusion et la pauvreté. La méthode est appliquée dans 12 pays de l’Amérique latine depuis 2008, et fait partie des stratégies les plus importantes en faveur de l’alphabétisation universelle en Bolivie, en Équateur, au Nicaragua, au Panama et dans la République Bolivarienne du Venezuela où 1,5 millions de personnes ont été alphabétisées. Aujourd’hui la méthode « yo si puedo « a reçu le premier prix de l’alphabétisation de l’Unesco pour son apport à l’éducation de l’humanité. Elle est maintenant utilisée en Espagne mais aussi dans d’autres langues, en Afrique, en Australie en Nouvelle Zélande et a permis à 9 millions de personnes d’apprendre à lire et à écrire.
Au lendemain de la disparition physique de Fidel, l’ONU lui a rendu hommage et l’a reconnu comme un symbole de la solidarité mondiale. L’organisme international souligne la lutte infatigable de Fidel Castro pour que l’éducation et la santé soient à la portée des peuples opprimés du monde. Il souligne les acquis de Cuba en matière de santé, d’éducation publique, en sciences et d’autres secteurs sociaux, grâce à la révolution cubaine menée par Fidel.
Le 29 novembre, sur la Place de la Révolution à La Havane, Daniel Ortega, le Président du Nicaragua, au début de son hommage, demande : « Où est Fidel ? » … « Fidel est là, je suis Fidel , YO SOY FIDEL », répond à l’unisson le peuple de Cuba.
Mais ce cri du cœur du peuple cubain n’a rien à voir avec l’expression de compassion avec les victimes que nous avons pu entendre après les récents attentats ici en Europe.
Déjà dans la Sierra Maestra, la réponse des guérilléros aux sbires de Batista qui cherchaient Fidel était : « YO SOY FIDEL , Je suis Fidel ». « YO SOY FIDEL» garde aujourd’hui le même sens : le combat de Fidel est le mien, je m’identifie à lui dans la lutte pour la souveraineté et l’indépendance de mon pays, je fais mienne sa volonté d’unité et de solidarité entre les peuples d’Amérique Latine et du monde, sa croyance en un monde meilleur, plus juste, où tous les hommes sont égaux, je pourrais prononcer chacune des paroles qu’il a prononcées, accomplir chacun des actes qu’il a accomplis et j’en assume les conséquences.
« YO SOY FIDEL», est un cri de combat, un cri de guerre, car même si les réussites de la Révolution Cubaine à Cuba et en Amérique Latine sont énormes, la le combat est loin d’être fini. Le cri « Je suis Fidel » signifie à présent « Je m’engage à poursuivre le combat de Fidel jusqu’à la victoire, toujours !».
La Coordination Française de Solidarité avec Cuba s’inscrit dans ce combat de la solidarité avec les peuples pour leur bien-être et leur indépendance. Elle s’engage à fédérer la solidarité en France, faire connaître la réalité du blocus économique, commercial et financier envers Cuba, et exiger :
• La fin du blocus contre Cuba perpétré par les États unis depuis plus de 50 ans
• La fermeture de la base de Guantanamo et la restitution de ce territoire à Cuba
• L’arrêt du financement par les USA des groupes contre-révolutionnaires anti cubains
• L’indemnisation par les USA des dommages occasionnés par le blocus au peuple cubain

Nous, membres de la coordination française de Solidarité avec Cuba, reprenons à notre compte ce cri poussé d’une seule voix par le peuple de Cuba. Nous aussi, nous sommes Fidel, SOMOS FIDEL ! Et nous nous engageons à continuer son combat.
HASTA LA VICTORIA SIEMPRE !

Article Cathy Dos Santos (l’Humanité) http://www.humanite.fr/hasta-siempre-fidel-629952

Photos Michel Wenig (Cuba Coopération)

A propos de l'auteur

10 ANS !

Cette année, pour la dixième fois présente à la tribune officielle du défilé du 1er Mai à La Havane, une délégation française de 150 personnes ...