Elections a Cuba: comment ça marche ?

0

Le 3 février, les Cubains éliront 612 représentants au parlement ainsi que 1270 représentants dans les conseils provinciaux. Tijs et Marc, deux participants du voyage d’ICS de juillet 2012, ont écrit un article sur le système électoral cubain.

10418952_544438472383174_8909439062576335493_n

Cuba ressemble à certains égards à notre démocratie : ainsi, il y a un parlement national, des conseils provinciaux et communaux et toutes les cinq années, il y a des élections. Mais il y a également quelques différences importantes.

L’Etat à zéro partis

Tout d’abord le rôle et la fonction d’un parti politique. Le parti communiste est l’épine dorsale de la révolution mais n’a en soi rien à voir avec les élections. Tout un chacun, qu’il soit membre ou non du parti, peut être candidat aux élections communales, même ceux qui ont des opinions dissidentes.

Le parti communiste ne présente aucun candidat et la loi stipule qu’il ne peut pas se mêler dans les affaires électorales. C’est la population du district électoral local qui présente et confirme ou non les candidatures. « Le principe que toute la population présente et élit des candidats nous met à la tête des pays démocratiques du monde ». C’est ainsi que les listes sont constituées. Le vote même est secret, comme chez nous. Au moment des élections, Cuba est en d’autres termes un Etat à zéro partis.

Poursuivre l’unité

Un deuxième aspect important est la volonté d’atteindre l’unité et le consensus. « Je crois que la forme organisationnelle de la politique doit être axée sur l’unité, si possible ». Au lieu de travailler avec un système majorité-opposition, on cherche une base aussi large que possible pour toutes les décisions.

Lorsqu’il s’agit de mesures importantes, les discussions pour atteindre ce consensus peuvent parfois durer un an. Et si ça ne marche pas, la mesure n’est pas adoptée. Ainsi, dans les années nonante, la proposition du gouvernement pour introduire un système d’impôt sur le revenu a été rayée à la suite d’une large consultation de la population.
Le fait de poursuivre le consensus implique que les opinions divergentes risquent d’être sous pression. C’est un danger réel, qui doit toutefois être mis dans le contexte de l’obsession de Washington d’en finir avec la révolution. Ignatius de Loyala l’a déjà dit: « Dans une citadelle assaillie, toute dissidence égale trahison ».

Des représentants issus du peuple, élus par et pour le peuple

Un troisième aspect est le lien très fort entre les élus et la population locale. Les districts électoraux consistent au maximum de deux mille électeurs. L’élu est donc quelqu’un de tout près, dans la plupart des cas connu et directement abordable. Cela favorise l’implication directe dans le processus politique.

Les politiciens ne forment pas non plus une catégorie professionnelle à part. « Dans notre révolution, il n’existe pas de métier de politicien, parce que nous sommes tous des politiciens : du petit pionnier [élève cubain, ndlr] jusqu’à la personne âgée. Un élu n’est pas payé pour son travail politique. Il continue à exercer son métier et en sera dispensé temporairement, si nécessaire.

Un politicien cubain ne peut donc pas se construire une position de pouvoir et il ne bénéficie pas non plus de privilèges. Une critique importante de Fidel sur la démocratie occidentale est le constat que la politique socio-économique est avant tout déterminée par les grandes entreprises, sans tenir compte des besoins de la population. Le gouvernement est en réalité le « gouvernement de l’oligarchie, par l’oligarchie et pour l’oligarchie ».

Une réelle participation des citoyens

Un quatrième aspect est l’implication importante des citoyens. Les Cubains qui sont électeur sont impliqués dans la constitution des listes pour les élections communales. Cela se fait directement et localement. La constitution des listes des conseils provinciaux et du parlement national se fait dans des commissions électorales.

Celles-ci sont composées de plusieurs dizaines de milliers de représentants de différents mouvements sociaux: syndicat, organisations paysannes, association des femmes, organisations d’étudiants, comités de quartier, etc. Le syndicat préside ces commissions. Une large consultation populaire précède à la constitution des listes. Ce processus peut durer plusieurs mois.

Un million et demi de Cubains sont impliqués dans la préparation. Les élections provinciales et nationales même concluent ce processus intensif de consultation et demandent au peuple d’entériner le travail effectué. Les élections ne constituent d’ailleurs qu’un seul élément de la participation populaire. Au sein des organisations sociales, des conseils et du parti communiste, la population est consultée de manière permanente. A Cuba, il n’y a « pas de démocratie représentative », c’est une démocratie « qui vit à travers la participation directe de sa population et ses problèmes sociaux ».

Pas de campagnes médiatiques

Un cinquième aspect est le rôle des médias et de la publicité. Chez nous, ils jouent souvent un rôle crucial. Le candidat qui est fort présent dans la publicité, qui a de bons liens avec les médias, qui présente bien à la télé ou, mieux encore, qui possède lui-même des parties importantes des médias (comme Berlusconi), a beaucoup plus de chances d’être élu.

A Cuba, la propagande des candidats se limite à une photo accompagnée d’un curriculum vitae. Les candidats peuvent prendre la parole à l’assemblée publique du district électoral local. Les campagnes personnelles ne sont pas autorisées. Les représentants ne sont donc pas nécessairement des CC (Cubains connus).

Rendre des comptes devant le peuple

Une autre différence par rapport à notre système est la possibilité de destituer les élus: « ils n’exercent pas leur mandat sans le contrôle de leurs concitoyens ». Tous les six mois, la réunion de district peut leur demander des comptes et, le cas échéant, les démettre de leur fonction. Ce n’est pas qu’une théorie, cela se passe régulièrement.

Aussi, les listes de candidats au parlement sont constituées de telle manière que tous les secteurs de la société sont représentés: étudiants, ouvriers, paysans, scientifiques, infirmiers, médecins, sportifs, journalistes, artistes, intellectuels, militaires. Quelque trente pour cent des parlementaires n’est pas membre du parti communiste. Dans les conseils communaux, il s’agit de plus de la moitié. Le vote n’est pas obligatoire, mais la participation est très élevée, avec une moyenne de plus de 95%.

La démocratie directe à la Cubaine

Fidel est le dernier à prétendre que la démocratie cubaine est « parfaite », mais pour lui, c’est le système le « plus adéquat » dans les circonstances données du pays, et il a en tout cas « prouvé son efficacité ». Mais surtout, il peut compter sur une large base, « si la révolution n’avait plus la majorité de la population, elle n’aurait pas pu tenir ».

Plusieurs sondages indépendants organisés en 1994 et en 1995, au moment le plus pénible de la crise économique, ont démontré que plus des trois quarts des Cubains s’identifient avec le système politique et que cinq pour cent seulement souhaite un autre système politique. Le Pentagone a dû constater pendant la même période qu’une grande majorité des Cubains continuaient à soutenir la direction révolutionnaire.

Pour Fidel, l’ultime critère est l’armement de la population. Dans le cadre d’une éventuelle agression militaire des USA, deux millions de Cubains ont accès à des armes.

Lorsque la défense est l’affaire du peuple entier et que les armes sont le privilège de toute la population, alors là on peut parler de démocratie. Que penser des unités spéciales de la police et des armées qui servent à mater le peuple lorsqu’il ne se soumet pas aux abus et aux injustices du système bourgeois, que ce soit dans les pays capitalistes du Tiers Monde ou dans un pays capitaliste développé.

Que se passerait-il en Europe même, si l’on y armait les ouvriers et les étudiants et si on armait les secteurs qui sont tout le temps confrontés à la répression lorsqu’ils demandent quelque chose, lorsqu’ils revendiquent quelque chose, lorsqu’ils se mobilisent pour quelque chose?

A propos de l'auteur

Interview avec le Dr. Aleida Guevara March

  Médecin, spécialiste en allergologie, travaille à l’Hôpital Pédiatrique William Soler de la Havane entre autres. Auteur des documentaires : Chávez, Venezuela y la nueva ...