UNE NOUVELLE PROVOCATION CONTRE LA RÉVOLUTION CUBAINE A ÉTÉ DÉJOUÉE

0
Miguel_n

L’impérialisme étatsunien ne désarme pas. Une de ses armes est d’utiliser des personnes qui apparaissent comme des « défenseurs de la démocratie » et qui doivent apparaître comme des « victimes de la dictature ».

Ainsi, une d’entre elles, Rosa Maria Paya, qui habite théoriquement à La Havane, voyage beaucoup dans le monde pour expliquer dans quelle misère elle vit. Pour cela, elle s’habille et se maquille à la dernière mode. Il serait inélégant de lui demander comment elle paye ses billets d’avion, ses logements aux USA ou en Espagne.

Son père, Oswaldo Paya, était un militant contre révolutionnaire cubain qui vivait librement dans son pays (quelle drôle de dictature ?). Il a soutenu la tentative de coup d’Etat contre Chavez en 2002. Il est mort dans un accident de la route. Le conducteur de son véhicule, Angel Carromero, responsable du Parti Populaire( droite espagnole) ayant envoyé tout le monde dans le décor.

La fille à son papa, aidée de ses amis étatsuniens (on la voit sur la photo en compagnie des sénateurs anti-cubains Marco Rubio et Bob Menendez), a voulu organiser la remise d’un prix « Oswaldo Paya » dans sa maison de La Havane, en présence de plusieurs responsables de la droite d’Amérique latine, le 8 mars2018. Parmi ces envoyés de Washington on trouvait Andres Pastrana, ancien président de Colombie et Jorge Quiroga ancien président de Bolivie.

Ces personnes, bien que prévenues qu’elles n’étaient pas les bienvenues à Cuba ont quand même pris l’avion. Elles ont donc été invitées, lors de leur arrivée à l’aéroport de La Havane, à repartir dans l’autre sens.

Rosa Maria Paya va donc se trouver bien seule dans sa maison de La Havane, mais elle pourra se consoler en repartant elle aussi pour les USA où elle demeure la majeure partie du temps.

A propos de l'auteur