Cuba : S’il y a des prisonniers politiques, qu’on nous en donne la liste !

0

Le cardinal cubain Jaime Ortega avant la visite du pape François sur l’île, critique une campagne médiatique orchestrée contre celle-ci depuis Miami et insiste sur le fait qu’il n’il n’y a pas de prisonniers politiques à Cuba.

558705e32606e.r_1434912812968.0-0-600-309

« La prochaine visite du Pape n’est pas essentiellement politique, c’est une visite avec un profond message pastoral pour accentuer l’esprit de dialogue dans l’Eglise et au-dehors, vers le monde qui nous entoure. Le Pape a fait l’éloge du dialogue entre Cuba et les Etats-Unis et l’a pris comme exemple de la façon dont on peut résoudre les problèmes de manière diplomatique en évitant la confrontation et la violence ».

Ce sont les mots du cardinal cubain Jaime Ortega qui a critiqué la campagne orchestrée par les médias de Miami ( Etats-Unis) et a rappelé que « quand il va y avoir une visite du Pape à Cuba, il y a beaucoup de gens qui la promeuvent et la désirent ». « Même de Miami et des Etats-Unis, nous avons déjà beaucoup de Cubains qui frètent des avions pour venir. Mais il y en a d’autres qui se sentent mal parce qu’il leur semble qu’il y a des connotations politiques et ils créent une ambiance un peu lourde à l’intérieur et au dehors comme cela s’est passé l’autre fois », a-t-il ajouté.

La presse de l’exil cubain utilise des secondes d’une interview du Cardinal sur la chaîne SER d’Espagne pour déchaîner une campagne contre lui en faisant allusion au fait qu’il nie soi-disant l’existence de prisonniers politiques à Cuba.

La réponse d’Ortega a été ferme: « S’il y a des prisonniers politiques à Cuba, qu’on nous en donne la liste parce que nous recevons des centaines de lettres pour la grâce que les gens espèrent mais aucune n’indique de délits politiques ».

Ortega a assuré qu’en plus de la libération de prisonniers politiques et de droit commun « dans la vie de l’Eglise, nous avons eu d’autres manifestations publiques, leparcours de la Vierge de la Charité dans toute Cuba, sa présence dans des forums civils, sociaux, même dans les prisons, dans les hôpitaux. Tout cela indique la normalisation progressive de la vie de l’Eglise à Cuba. »

A propos de l'auteur