Madame Obama, commencez par vous occuper de votre pays!

0

Pendant sa brève visite à Cuba, Michelle Obama veut mener campagne pour l’éducation des filles !!!

Madame Obama, commencez par vous occuper de votre pays!

010Obama

Michelle Obama, de toute évidence, n’a pas bénéficié d’une bonne préparation pour ce voyage, parce que Cuba est l’un des pays dont le niveau de scolarité est le plus élevé, selon les données fournies par l’UNESCO. Voilà que cette femme, la Première Dame des États-Unis, et éminente avocate, qui devrait donc être parfaitement renseignée sur la réalité cubaine, préfère emboîter le pas aux mensonges tissés par la contre-Révolution cubaine.

Personne ne lui a jamais rien demandé mais surtout elle devrait savoir que l’éducation représente pour l’État et la société cubaine, l’un de ses piliers, un engagement incontournable de la société depuis le triomphe de la Révolution, et l’éducation totalement gratuite est un droit pour tous les citoyens. C’est inscrit comme cela dans la Constitution.

Le Système national cubain de l’Éducation couvre l’enseignement élémentaire (pré-scolaire et primaire) ; le niveau intermédiaire comprend l’enseignement secondaire de base, l’enseignement pré-universitaire, l’enseignement technique et professionnel et l’éducation des adultes ; le dernier niveau est celui de l’enseignement supérieur. Les droits y sont égaux pour les garçons et les filles, les blancs, les noirs et les métis.

Les responsables de la préparation du président Obama et de sa femme à la visite historique à Cuba, devraient leur expliquer qu’à Cuba il y a :
– 65 centre universitaires et 3150 représentations municipales
– 29 000 chercheurs étrangers chaque année.
Enseignement pré-universitaire :
– 374 centres répartis dans 115 municipalités (sur 169 existantes) dont :
—67 centres consacrés aux Sciences Pédagogiques (IPVCP)
—33 Écoles supérieures de l’athlète
—15 Écoles d’Art (Musique, Arts, Danse, Théâtre)

Comme si cela ne suffisait pas, la coopération de Cuba au programme d’alphabétisation, IPLAC, est présent dans 27 pays à travers le monde. 3.151.420 citoyens ont été alphabétisés avec la méthode cubaine « Yes I Can » et c’est pourquoi Cuba a reçu de nombreux prix d’organisations internationales telles que:

– Prix Krupskaya, décerné par la Bataille du 6ème degré en 1964.
– Pavlevi Award, comme modèle d’éducation des adultes en 1968.
– Le Prix pour l’Education des Pêcheurs par la radio en 1985.
– Prix Krupskaya pour la campagne d’alphabétisation des aveugles par le système Braille, en 1990.
– Mention d’Honneur du Prix international Rey Sejong pour le processus d’alphabétisation des médias de masse, une alternative de Cuba pour les pays sous-développés, en 2002.
– Mention d’honneur du Prix d’alphabétisation Rey Sejong pour l’éducation de la jeunesse et des adultes d’Amérique latine et des Caraïbes en 2003.
– Prix d’Honneur Rey Sejong au projet cubain : le processus d’alphabétisation des médias de masse, une alternative pour les pays en développement en 2006.
– Prix d’honneur du Prix Rey Sejong pour l’alphabétisation et l’éducation pour la jeunesse et les adultes d’Amérique latine et des Caraïbes en 2007.

C’est pourquoi l’UNESCO a considéré en 2014 que « L’éducation cubaine est un exemple pour le monde, pour les progrès dans le développement de son système d’éducation pour tous, lequel est bien meilleur que ceux de nombreux pays plus développés ».

L’UNESCO a en outre déclaré que « Cuba a un indice de développement de l’EPT (Éducation Pour Tous) très élevé, même en comparaison avec les pays développés. » L’indice considère la qualité, la petite enfance, l’enfance, les jeunes, l’alphabétisation des adultes et la parité entre les sexes.

Alors que les études universitaires aux États-Unis sont très coûteuses puisqu’une année scolaire dans une université prestigieuse, pour un cursus de 4 ans, peut coûter environ 50 000 $.

Les frais de scolarité sont juste le début des dépenses. Les étudiants doivent également payer le logement, les livres et autres matériels, la nourriture, le transport, y compris le stationnement et toute autre consommation.

Par conséquent, le projet que Michelle Obama veut mettre en œuvre dans le monde appelé « Que les filles apprennent ! », lancé il y a un an dans le but de fournir un accès à l’éducation à 62 millions de filles dans le monde qui ne fréquentent pas l’école, ne concerne pas les filles cubaines.

Michelle Obama devrait savoir qu’à Cuba, il n’y a rien de plus important que les enfants, suivant le principe de José Marti : » C’est pour les enfants que nous travaillons, parce que les enfants sont l’espérance du monde ».

(par Arthur González, traduction Michel Taupin)

A propos de l'auteur

Korimakao 25 ans déjà !

L’aventure a débuté dans les années 1990, à l’initiative de Faustino Pérez, commandant de la révolution cubaine et de l’acteur culte Manuel Porto. Ce dernier ...