Angola-Cuba : 40 ans de relations et d’histoires solidaires

0

L’Angola et Cuba se sont réunis hier pour célébrer les 40 ans de l’établissement des relations diplomatiques, avec la volonté politique de leurs gouvernements de lutter pour leur renforcement et leur diversification.

12240405_532718810221807_7118603234232576156_o

L’Angola et Cuba, dont histoire est marquée par la solidarité, ont célébré hier les 40 ans de l’établissement des relations diplomatiques, avec la volonté politique de leur gouvernement de lutter pour leur renforcement et leur diversification.
« La ténacité du commandant en chef Fidel Castro et du président Agostinho Neto a non seulement conduit à la déclaration de l’indépendance nationale, mais quatre jours plus tard, à l’établissement des liens entre les deux pays », a déclaré à Prensa Latina le premier ambassadeur de Cuba à Luanda, Oscar Oramas.

Il a signalé la capacité visionnaire de Fidel et la fermeté de Neto dans ces durs moments, alors que l’émancipation était menacée par les actions des organisations internes et des puissances voisines qui attaquèrent le légitime Mouvement populaire pour la Libération de l’Angola (MPLA).

Les Accords d’Alvor, a-t-il déclaré, signés le 15 janvier 1975, fixaient le 11 novembre 1975 comme date officielle pour l’annonce de la liberté.

Dans une conférence qu’il a récemment donnée à la Ligue africaine, située dans la capitale angolaise, le diplomate cubain a déclaré que dans ce contexte difficile, Neto et la direction du MPLA avait demandé le soutien de Cuba.

Oscar Oramas a évoqué les premiers instructeurs cubains arrivés sur le sol angolais en 1975 et de préciser : « La décision d’aider militairement le MPLA a été prise au Palais de la Révolution à La Havane et nous n’avons pas demandé d’opinion, ni consulté personne, si ce n’est nos consciences».

« Ces événements historiques nous ont unis devant l’Histoire », a déclaré Oramas qui a réitéré que le 11 novembre 1975, Neto a proclamé la liberté sur la Place du 1er Mai (actuellement place de l’Indépendance) où a été chanté l’hymne national angolais.

Pour Oramas, la diplomatie a également joué un rôle dans cette situation complexe et il a rappelé que le « 15 novembre 1975, j’ai signé l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays avec le ministre des Affaires étrangères d’Angola de l’époque, José Eduardo dos Santos ».

Il a précisé que précédemment, il avait convenu avec Neto que, bien que l’ambassadeur cubain soit arrivé à Luanda avant les autres, le représentant du Congo, Benjamin Bounkulou, remettrait ses lettres de créance en premier. C’est de cette façon que le Brésil a été présenté, suivi par le Congo et « ensuite la Patrie de l’étoile solitaire, Cuba ».

D’authentiques liens d’amitié, noués depuis l’époque de l’esclavage, se sont resserrés un an plus tard, lorsque les deux pays ont signé l’Accord général de collaboration et que la Commission intergouvernementale bilatérale a été constituée sur cette base.

Depuis lors, La Havane et Luanda ne cessent de renouveler leurs engagements et d’établir de nouveaux protocoles dans divers secteurs.

Aujourd’hui plus de quatre mille Cubains prêtent leurs services dans divers secteurs, notamment dans la santé avec 1 800 médecins et dans l’enseignement avec 1 400 enseignants.

Via : http://fr.granma.cu/mundo/2015-11-16/angola-cuba-40-ans-de-relations-et-dhistoires-solidaires

A propos de l'auteur

Cuba-Etats-Unis: Résister au capitalisme

Cuba-Etats-Unis: Résister au capitalisme Par: Ernesto Limia Díaz (Cubadebate 16 juin 2016) traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos Le 17 février dernier, pendant son intervention ...